Le prisonnier du ciel de Carlos Ruiz Zafón

Le prisonnier du ciel Zafon

Barcelone, 1957, nous voici de retour dans la librairie Sempere & Fils. Alors que la crèche attire de nouveaux clients, un homme mystérieux apparaît et s’intéresse de prêt à un livre rare de Dumas, qu’il achète au prix de 100 pesetas, soit plus du double de son prix. Plus surprenant encore, il y laisse une annotation et le rend à Daniel, lui disant que c’est un cadeau pour Fermin : « Pour Fermin Romero de Torres, qui est revenu d’entre les morts et détient les clés du futur. »

L’ami de Daniel, à l’approche de ses noces, n’a alors plus d’autre choix que de lui expliquer, à contre coeur, son passé en prison et sa rencontre avec l’écrivain David Martin mais aussi avec le directeur non scrupuleux Mauricio Valls.

Finalement, la rencontre quelques années plus tôt entre les deux amis n’était peut-être pas aussi fortuite que l’on pouvait penser.

Encore une fois, Zafón signe ici un bon roman, qui, cependant, est légèrement en deçà des deux précédents. Mais pour ceux qui attendaient impatiemment d’en savoir un peu plus sur Fermin, vous serez à la fois déçus et heureux de cette troisième partie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :