Ilium de Dan Simmons

ilium simmons

Les grecs et les troyens s’affrontent sur la plaine d’Ilium sur les ordres d’Agamemnon, voulant venger l’honneur bafoué de son frère Ménélas. En effet, sa femme Hélène a été enlevé par Paris, frère d’Hector et fils de Priam. Les dieux, quant à eux, se délectent d’un tel carnage, influant en faveur de l’un ou de l’autre des camps en fonction de leurs favoris; Achille, Hector, Odysseus (Ulysse), … . Tout se déroule comme l’a décrit Homère dans l’Iliade et Thomas Hockenberry, un scholiaste du XXème siècle, est là pour s’en assurer, rendant ses observations à une Muse, qui les donne ensuite aux dieux eux-mêmes, ne connaissant pas la suite des événements, à l’exception bien entendu de Zeus.

Cependant, les dieux ne sont pas les seuls à observer ce jeu macabre. Les Humains à l’anciennes, vivant sous la protection des voynix et servis par les serviteurs créés par les Posthumains, sont eux aussi capable de visionner la guerre par l’intermédiaire du turin, pensant cependant à une fiction bien plus qu’au passé et visionnant par centaines ce divertissement. Seuls quelques un tels que Daeman et Harman n’aiment guère ce spectacle et refusent ainsi la plupart du temps de recourir au turin.

Sur Jupiter, les Moravecs, quant à eux, sont inquiets de l’activité quantique émise sur Mars, ne sachant pas si elle provient des Posthumains ou d’une autre espèce inconnue. Ils décident alors de diriger un contingent, formé de Koros III, de Ri Po, d’Orphu d’Io et de Mahnmut, dont la mission est d’approcher Mars et de s’y poser afin d’observer ce qui s’y passe, sans se faire repérer.

Voilà une véritable épopée. Nous découvrons chaque personnage indépendamment dans son histoire, se demandant ce qui peut bien les relier entre eux. Et c’est finalement en continuant la lecture, tiraillé par notre curiosité, que nous découvrons au fur et à mesure tous les fils se rejoindre pour observer une ébauche du tableau final. Et oui, Ilium n’est que la première partie de cette formidable aventure.

Une fois de plus, je découvre l’immense travail de Dan Simmons derrière son oeuvre, ses recherches littéraires, de traductions, scientifiques, afin d’avoir une réelle cohérence générale et dans chaque histoire. Chapeau bas. À n’en pas douter, je vais de suite me plonger dans la suite de 1000 pages qui m’attend avec Olympos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :