Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent

le liseur du 6h27 Jean-Paul Didierlaurant

Du lundi au vendredi, Guylain Vignolles, ce vilain guignol, suit son rituel; dans le RER de 6h27 le menant au travail, il sort de sa sacoche quelques feuilles et les lit à voix haute, lui permettant d’échapper encore un peu, pour 20 minutes, à la Chose qui l’attend.

Ce livre est frais. Voilà moins de 200 pages d’air pur.

On peut très largement se passer de ce livre. Mais le lire est comme une pause, comme si on se laissait porter dans ce fameux RER de 6h27 et qu’elle se terminait au moment de descendre, pour vaquer à nos occupations, un bon souvenir en tête, le sourire aux lèvres.

Il devrait exister plus de livre de ce type; des livres courts qui s’oublient vite mais qui pourtant, nous laissent ce sentiment de gaieté et de fraîcheur qui lui, dure longtemps.

Et si dans la vie, des gens comme Guylain Vignolles nous contaient, eux aussi, des histoires décousues, des histoires pour nous sortir de notre torpeur ?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :