En avant, marche !

La semaine dernière, je me baladais sur une avenue ou dans une rue, le coeur ouvert mais pas aux inconnus. Perdu à l’arrêt de métro Stalingrad à essayer de sortir rue de l’aqueduc (je pense être le seul à qui s’est arrivé) je prenais escalators et escaliers. Perdu dans mes pensées, à gravir marches après marches, une chose m’a sauté aux yeux. Ou plutôt, aux yeux de mon esprit. Que vous soyez en Asie, aux Etats-Unis, en France ou bien en Australie, quelque chose nous relie, tous autant que nous sommes. Oui, nous sommes humains, oui (merci Captain Obvious). Mais quelque chose de bien plus profond que ça, de bien plus ancré dans les mœurs. Les marches des escaliers ont toujours, je dis bien toujours, les mêmes dimensions. Et pourtant, nous avons des systèmes métriques différents. Alors, Monsieur Marche, l’inventeur des marches (CQFD), sans déposer de brevets, à réussi à unifier les hommes comme personne, Napoléon ou bien l’empire romain n’ayant pas réussi à les unifier à ce point.

Avez-vous déjà remarqué à quel point il est pesant et déstabilisant d’emprunter un escalier (que ce soit en montant ou en descendant) dont les marches ne sont pas de tailles réglementaires ? On utilise toujours le même pied. On se sent presque deux fois plus épuisé après ce challenge. Oui je parle de challenge. Vous mettez ça dans Koh Lanta, tout de suite il y a deux fois moins de participants.

Je me souviens d’une vidéo où les gens sont filmés en sortant du métro, et une marche est quelques centimètres au dessus de la norme. Je ne me suis pas amusé à compter combien de gens trébuchent, mais vous pouvez observer que le nombre est plutôt élevé, sachant que cette vidéo a été tournée pendant moins d’une heure. Nous n’y faisons plus attention, nous sommes « conditionnés » pour ce type de marche.

Ci-dessous la-dite vidéo, que j’ai réussi à retrouver entre temps. Je suis un peu le silver surfer d’Internet oui. Non, ne m’acclamez pas, ce n’est pas la peine. Je fais ça pour vous.

On s’en rend compte également quand nous sommes dans un site archéologique/historique où les marches sont taillées dans la pierre, les bâtisseurs faisant comme ils pouvaient à l’époque. Et bien cet escalier est peut-être le pire moment de la visite. Pareil lorsque nous courons dans les bois où les chemins forestiers. Les marches sont creusées dans la terre et délimitées par des rondins. Et bien ce passage nous épuise deux fois plus, tombant toujours sur le même pied à chaque marche. Oubliez les 704 marches jusqu’au 2ème étage de la Tour Eiffel, 10 marches hors normes vous fatiguerons bien plus. Du coup, on peut remercier Gustave pour avoir respecté les cotes.

Et comme je vais toujours au fond des choses et que je ne vous laisse jamais en plan (cotes, plan, vous l’avez ?), je vous laisse un lien vers un site qui vous permettra de calculer votre escalier sur mesure en fonction de la loi de Blondel, que je ne citerai pas. Nous ne sommes pas ici pour faire des mathématiques tout de même.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 28 avril 2014 à 10:01. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :