Une prison pour la porte

Vous connaissez surement l’expression « aimable comme une porte de prison », pour définir une humeur plutôt massacrante. Mais que nous ont fait les portes de prison pour que nous disions cela ? Si ça se trouve, les portes de prison sont les plus gentilles choses au monde. Dans un univers carcéral où la vie n’est pas toujours facile, les portes essaient peut-être de communiquer et de réconforter chaque être qu’elles enferment. Mais le seul problème, c’est que nous ne les comprenons pas. Alors nous, humains que nous sommes, ne comprenant pas le monde qui nous entoure, nous définissons un caractère aux choses de par les fonctions qu’elles occupent. Alors forcément, une porte qui est dans une prison, pour nous, et bien c’est quelque chose de mal.

Ce qui nous amène à la plupart des films Pixar, Dreamworks ou Walt Disney, tels que Toy Story, Planes, Turbo et j’en passe, dans lesquels les héros possèdent une volonté propre et décident de se rebeller contre leur propre nature (un avion épandeur veut devenir un avion de course ou encore un escargot veut être plus rapide que des voitures de course). Imaginez alors si chaque chose qui nous entoure possédait sa volonté propre. Une fourchette ne voudrait peut-être pas exercer le rôle de fourchette, mais celui de cuillère, ou bien de pic à glace. Et chaque jour, nous leur rappelons le contexte que nous leur avons créé sans se soucier le moins du monde de leurs souhaits.

Tout ça vous rappelle peut-être votre enfance, quand vous imaginiez que chaque peluche, chaque jouet, étaient vivants. L’époque où nous pensions que chaque objet pouvait ressentir quelque chose. Comme les chandeliers de La Belle et la Bête où les livres magiques de Merlin l’enchanteur. – Tiens. Je vais vous raconter quelque chose sur moi (c’est rare). Quand j’achète mes livres, toujours par paquet de 5 minimum, je me retrouve généralement avec un stock frôlant facilement la vingtaine. Et parfois, j’ai réellement des livres qui me tentent atrocement. Mais je me retiens, car j’en avais déjà acheté avant. Je me mets à leurs places et je me dis que je n’aimerais pas qu’un livre acheté en dernier soit lu avant moi. Alors du coup je lis mes livres suivant leur ordre d’achat. Je vous entends déjà dire que je suis psychorigide. Chacun sa manière de lire ses livres. Personnellement, je trouve cela plus « juste » envers eux. – Quand nous étions enfants, nous avions cette imagination, ou peut-être tout simplement cette naïveté envers le monde qui nous entoure. Mais parfois j’aime à croire que ces objets ont peut-être une « âme ». Après tout, l’habit ne fait pas le moine.

Alors ce soir, demain ou la semaine prochaine, faites plaisir à une de vos assiettes qui a toujours rêvée d’être un frisbee, à un néon qui n’attend qu’une chose, être transformé en sabre laser, ou bien encore à vos couettes qui imaginent le jour ce que peuvent ressentir les plus solides forteresses.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 2 juin 2014 à 10:30. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :