à couteaux tirés

Je ne sais pas si vous avez déjà eu à faire à ce phénomène étrange, mais c’est la troisième fois pour moi. Il s’avère que je l’ai constaté chez mon grand-père, chez ma mère mais également dans un magasin spécialisé dans la fête (nappes, chemins de table, décoration etc.).

Ce que j’ai remarqué, c’est que contre toute attente, en ce qui concerne les ustensiles pour manger, les couteaux sont toujours en infériorité numérique. Pourquoi ? Quand on achète un set de couverts, il y a le même nombre de fourchettes, de cuillères et de couteaux. Alors pourquoi en manque-t-il toujours ? Même dans le magasin dont je vous parlais quelques lignes plus haut, il y avait de tout sauf des couteaux. Il y avait même des touillettes pour le café. Imaginez. Des touillettes. Le genre de truc qui sert 14 000 fois par jour. Minimum.

Ça me revient maintenant, j’avais vécu la même chose lors de mon stage, les couteaux étaient la denrée rare, bien qu’il m’arrive de casser 3 fourchettes en un repas. Et pourtant, il y avait toujours plus de fourchettes que de couteaux.

Chose étrange qui plus est, nous utilisons forcément une fourchette quand nous mangeons. Obligatoirement. Sauf rares exceptions comme pour la soupe par exemple. Mais jamais, ô grand jamais, nous n’utilisons pour seul ustensile un couteau, sans jamais de fourchette. Alors si, bien sûr, au petit déjeuner, pour le beurre, le miel ou le nutella, j’utilise un couteau. Oui un couteau. Vous qui me lisez et tartinez le tout à l’aide d’une cuillère, je vous bannis.

Mais cela justifie-t-il de n’avoir plus de couteau avant l’assèchement complet de notre réserve de fourchettes ? Y’a-t-il autant de gens dans le monde qui ont un couteau sous la gorge pour que ceux que nous avons chez nous soient réquisitionnés ? Ou bien y’a-t-il tellement de brouillard dans certaines régions de France pour que les couteaux personnels soient utilisés à des fins publiques ? Sommes nous en face d’une crise sans précédent ? Une crise où les couteaux publiques ne suffisent plus ? L’Etat va-t-il devoir faire appel aux investisseurs privés pour relancer l’économie des couteaux ?

Il paraîtrait même que certains restaurateurs possédant leurs restaurants proches de la mer auraient été aperçus pendant que la mer était basse, chaussés de bottes et un sac de gros sel à la main. Quelques curieux sont allés leur demander ce qu’ils étaient en train de faire. Il s’est avéré que les restaurateurs, en manque de couteaux, se sont résolus à aller en pêcher sur la plage.

L’État va vite devoir réagir avant de voir ce fait divers se répéter un peu partout en France. Car nous ne sommes pas sans savoir que les couteaux sont une denrée sans laquelle nous ne pouvons vivre. A moins de manger des aliments où les couteaux sont superflus, tels que le poisson, les pommes de terre, les pâtes ou bien la soupe. Ou pire, de manger avec des baguettes. Mais avec l’augmentation de leurs prix, 80 centimes minimums, nous ne nous en sortirons jamais.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 9 juin 2014 à 10:30. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :