Les Contrées de Criture

Dans une contrée où le travail est roi, les Mages Usqule font loi. Ces tyrans, assoiffés de capitales, ne laissent aucun répit aux bas-de-casse, ces êtres soi disant inférieurs. D’inférieurs, ils n’ont que la stature; moins costauds, moins grands et parfois plus d’empattement, ils n’en sont pas moins indispensables, bien au contraire.

Si les Mages Usqule dominent actuellement, s’interposant en tête continuellement, faisant fi des règles et des lois, cela n’a pas toujours été le cas. La légende raconte qu’auparavant vivait un seigneur bienveillant, organisant et régnant justement sur ses sujets. On l’appelait d’ailleurs souvent T. Hipeau le bon. Ou T. Hipeau le juste. La place de chacun était respectée, ordonnée et coordonnée.

Et puis, avec l’arrivée des Messes Häge, le pouvoir de T. Hipeau ne cessa de décroître, divisant les contrées de Criture. Certaines, lasses de ce souverain qu’elles suivaient depuis des années, ne se firent pas prier pour se convertir à cette nouvelle religion promue par les Messes. Ce fut alors à ce moment que les Mages Usqule se dressèrent pour renverser ceux qu’ils appelaient les Minus.

En effet, les Minnu Cequle, de leur véritable nom, n’étaient pas très grands. Ce qui leur valait ce surnom de la part des Mages. Et bien que plus nombreux, ils n’osèrent jamais prendre les devant. Encore moins maintenant. Toujours derrière, ils suivaient sans faire d’histoire, parfois tirés, parfois pointés, bien souvent encadrés. Pourtant, ils n’étaient pas dénués de caractère. Au contraire ! Mais ils avaient peur. Peur de voir se reproduire la Vendetta des Accros.

La Vendetta des Accros est une légende que l’on raconte aux plus jeunes, sur l’ancienne caste des Nymie. La légende retrace l’histoire de cette caste déchue, qui n’existe plus que dans des contrées de Criture très reculées.

A l’âge d’or de Criture, vivaient en harmonie les Nymie, une caste mêlant Mages Usqule et Minnu Cequle. Ils vivaient toujours en petit groupe. Personne ne dominait personne, chacun vivait en harmonie. Il arrivait parfois qu’ils se séparent, mais cela était très rare et ils le vivaient très mal. C’est pourquoi, au fur et à mesure, les Nymies se séparaient de moins en moins, jusqu’au jour où ils ne voulurent plus du tout se séparer.

Le souverain de l’époque intervint, mais le mal était déjà fait. Il était trop tard. Ce fut après sa visite que les Nymie commencèrent leur vendetta. Ils saccagèrent tout sur leur passage, Mages Usqule comme Minnu Cequle, s’ils nétaient pas en accord avec ceux qui dorénavant étaient appelés, les Accro Nymie. Ce fut à grand coup de répression que le souverain vint à bout de la Vendetta des Accros, avec, malheureusement, de nombreuses pertes des deux côtés.

Aujourd’hui, seuls quelques Nymie vivent encore, les rares qui ont réussi à survivre, ou bien ceux qui s’étaient exilés, en désaccord avec les Accros. C’est dans cette peur que les Minnu Cequle vivent encore, bercés par cette légende.

Hipeau connaîssait bien l’histoire de cette légende. Il savait par ailleurs que ce n’en était pas une. La Vendetta des Accros Nymie a bien existé. C’était, il est vrai, il y a bien longtemps. Et si le temps efface les blessures, il en est une impossible à oublier pour lui. Car à jamais il restera marqué, défiguré. Ce fut peut-être à ce moment que T. Hipeau commença à perdre son influence. C’était, à cette époque, très léger, presque imperceptible.

Qui peut dire si les Messes Häge ne furent pas issues directement de la Vendetta des Accros ? Ou, pire, si elles n’étaient pas à l’origine de la Vendetta ? Le bon souverain n’a jamais su l’expliquer, mais il a toujours soupçonné qu’un mal rongeait les Contrées de Criture. Car non loin des Contrées, par delà les mers, l’influence de l’île Létrisme grandissait à nouveau.

Sur cet île régnait également un souverain. Mais contrairement à T. Hipeau, Lexie, dixième du nom, ne vivait que pour le désordre et le chaos. Et bien avant que le bon souverain ne réunisse les Contrées de Criture sous son giron, la dynastie des Lexie régnait sur bien plus qu’une simple île. Et il y avait fort à parier que Lexie X souhaitait redonner à Létrisme son aura d’antan.

Cependant, ce que peu de gens savent est l’existence d’une autre légende. Une prophétie qui pourrait bien changer à jamais Criture, selon les dire de l’abbré Viation, fidèle parmi les fidèles, prêcheur parmi les prêcheurs et homme d’ Églyphe le plus dévoué de T. Hipeau le juste.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 30 novembre 2016 à 13:16. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :