Ubik de Philip K. Dick

Ubik Philip k dick

Après une expédition sur la lune qui a mal tourné pour l’équipe de neutraliseurs de Glen Runciter et de Joe Chip, la compagnie doit de toute urgence se replier vers la Terre en catastrophe, le cadavre de Runciter sur les bras, cryogénisé dans le vaisseau afin de l’emmener au moratorium pour le placer en semi-vie.

À n’en pas douter, il s’agit à nouveau de Raymond Hollis et de ses psis, se dit Joe Chip, à qui incombe dorénavant la gouvernance de Runciter & Associates, la plus grand société anti psis de la Confédération Nord-Américaine, qui lutte depuis des années contre ce fameux Hollis.

Mais cette fois, le piège déployé par ce dernier a parfaitement fonctionné, puisque Runciter est mort. Ce qui parait étranger à Chip pourtant, c’est pourquoi eux, ne sont pas morts. D’autant plus que des phénomènes étranges se passent; des cigarettes desséchées, de la crème fraîche tournée, un café moisi et de la monnaie à l’effigie de feu Runciter.

L’équipe de Joe Chip va devoir trouver ce que manigance Hollis afin d’affronter la régression du temps qui les entoure et la mort qui les attend tous. Si seulement il arrivait à comprendre ce que cet automate bombe avait fait sur la lune, il pourrait comprendre ces phénomènes.

Je n’ai plus besoin de présenter le très célèbre Philip K. Dick, d’autant plus que je ne suis pas à mon premier ouvrage de l’auteur.

Ubik est un réel thriller SF qui nous emmène dans une réflexion poussée sur la vie et la mort, ainsi que sur les phénomènes paranormaux (thème qu’il avait déjà notamment abordé avec les précogs dans Minority Report).

Tout comme Joe Chip, nous cherchons à déceler le vrai du faux et à relier tous les points entre eux pour découvrir la vérité. Qu’est-ce que l’Ubik, ce produit miracle qui peut tout faire ? Pourquoi le monde régresse et en même temps fournit des éléments d’un univers différent ?

Une fois de plus, Philip K. Dick ne déçoit pas. Amis de la SF, foncés ! Pas amis de la SF, foncés aussi, mais ce sera plus compliqué.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 6 août 2017 à 14:00. Elle est classée dans Chronique littéraire et taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :