London sweating (Londres partie 2)

Le trajet pour Londres c’est par ici. Clique. Oui, vas-y clique. On est bien. On est bien bien bien.

NOUS SOMMES VIVAAAAAAAAAAAAAAANTS !

Après 5h30 voire 6h les fesses vissées au siège du bus, nous pouvons enfin nous dégourdir les jambes et les roulettes de nos valises ! Shlack shlack shlack shlack shlack shlack shlack shlack shlack shlack schlack. Mais qu’oyons-nous ? Ai-je déjà mentionné ma future invention des valises aux roulettes non sonores ? Non ? C’est en projet. Un jour. Inch Allah comme on dit. Shlack shlack shlack shlack shlack shlack. Nous foulons le trottoir de Londres de nos immenses valises sonores (shlack shlack shlack), comme si le Puy du fou était avec nous (schlack shlack shlack shlack shlack), du côté droit bien sûr, histoire d’emmerder directement les anglais (shlack shlack « sorry » shlack shlack). Jeanne, si tu nous regardes, RPZ, celle-là elle est pour toi.

giphy (4)

Non, toi, tu peux rester où tu es, merci. Jeanne ne t’entend pas en vrai, c’était une boutade, ce n’est pas la peine d’essayer. Si les murs ont des oreilles, ce n’est pas le cas des cendres. Bisous.

 

Nous retrouvons nos deux comparses, munis pour leur part de mini valises, mais se déplaçant tout comme nous du côté droit (shlack shlack shlack), dans une version parodique des Ch’tis à Londres, intelligente celle-là, ce qui n’est pas dur j’en conviens. Même les moules accrochées aux rochers des plages du Nord s’en sortent mieux que ces énergumènes. Et pourtant l’expression « tu as le QI d’une moule » n’est pas le plus joli des compliments qu’on puisse recevoir.

giphy

La meilleure amie de Cynthia lui saute au cou comme Agnès à sa licorne. Mais sans cet air diabolique. Parce que là, la gamine, elle fait flipper ! La licorne elle-même se demande si elle va s’en sortir vivante. ALORS QUE C’EST UNE PELUCHE ! IMAGINEZ ! Après je peux comprendre, Cynthia aussi elle est fluffy.

Pouip pouip pouip pouip

Point trop n’en faut ! Madame, lâchez cette Cynthia je vous prie. Oui. Doucement. Gardez les mains bien en évidence. Voiiiilààààà, comme ça. C’est bien.

obelixNous sommes en retard et hâtons donc notre pas pour nous diriger vers le métro afin de ne pas arriver après notre réservation à l’auberge de jeunesse (Schlakschlakshlackshlkshlk). La politique est stricte : t’es en retard, t’as plus de chambre ! Chez les anglais, ça file droit ! Mais à gauche.

Métro.

Départ de Victoria station et arrivée à Elephant & Castle. Dans ma tête le plan du métro s’imprime . . . je réfléchis réfléchis réfléchis . . . cerveau en éruption !  Circle line ou District line, peu importe, les deux nous mènent à Rome, euh non, Embankment. Bim bam boum, en route mauvaise troupe ! On se tient par la main, on ne laisse personne derrière ! Allez ! Un, deux, trois, quatre. Embankment, tout le monde descend ! Direction Bakerloo line.  C’pas compliqué hein !

AH !

La Bakerloo est fermée pour le week-end. Bon. Bon bon bon. L’horloge tourne… Dam dam déo…NON ! C’est pas le moment Mickaël !

Demi tour toute ! On prend la Northern direction Kennington. Au pas de course ! Parce qu’une fois à Kennington, qui est le terminus de ce tout petit bout de Northern, nous reprenons la Northern sur un autre quai. Et cette fois, direction Elephant & Castle les amis !

Le temps file à une vitesse mais nous nous adaptons vite. Merci Sylvain, tu m’as tout appris ! Mais range ta carte, tout le monde voit que ce n’est pas celle de Londres.

sylvain-augier-630x0

Vous imaginez bien qu’avec tout ce périple, nous avons eu droit à de nombreux escaliers avec les valises et donc des petites sueurs froides. Mais arrivés à destination, nous sommes ravis de nous trouver nez à nez avec deux cages d’ascenseur. Et une vingtaine de personnes. Et là, nous sommes moins ravis de voir cette foule qui s’agglutine et se presse pour les prendre.

Un coup d’œil sur ma montre que je n’ai pas pour voir que nous n’avons plus que 15 minutes pour arriver avant 18h. Hors nous avons entre 5 et 10 minutes de marche, sans compter nos valises. Shlack shlack, remember ? Nous tournons la tête à droite, puis à gauche, dans l’espoir de trouver les escaliers. Oui, nous sommes désespérés. Nécessité fait foi.

Mais je vous avoue qu’en voyant cette écriteau, nous avons hésité quand même.

111-steps

Oh gosh! Pourquoi ? POURQUOI ? POURQUOIIIIIIIIIIIII ? Ok, j’ai arrêté le sport depuis un moment, je devrais reprendre. Oui, c’est sûr. Mais je ne pensais pas le reprendre maintenant…

C’est parti ! 111 marches. 110. 109. 108. 107. 106. 105. Bon, je ne vais pas tout vous faire, j’ai trouvé une vidéo qui résume très bien le périple.

Là c’est Hampstead. Les escaliers sont encore pire puisqu’il s’agit de la station la plus enfouie de Londres avec pas moins de 320 marches, à savoir le triple de marches qu’à Elephant & Castle, ce qui représente 15 étages d’un immeuble. Nous, pour vous dire, c’est seulement 5 étages. Mais je peux vous assurer qu’avec nos énormes valises, nous ressentons exactement la même chose que si nous montions 15 étages.

Dehors.

Vent.

Air.

Poumons qui crachent.

Nous sommes vivants.

Coup d’œil sur la montre : 17h50.

OH VINGT DIEUX !

giphy (1)

Google maps, vite. Rest up London. Ok, je vois. Valises à la main. Pas le temps de reprendre son souffle. C’est par là. Non par là. Merde. Foutu GPS. Ok, c’est par là. GOOOOOOOOOOOOOO.

Je vous le donne en mille, nous arrivons largement dans les temps puisqu’il est seulement 17h58 pour 18h. Easy peasy le sport ! Nous en profitons pour découvrir notre « chambre » (que j’aborderai dans une prochaine partie), pour faire un arrêt pipi (pipi dans le bus, jamais de la vie !) et on repart ! Direction Oxford street et ses boutiques. Vous croyez qu’on est à Londres pour enfiler des perles ? Que nenni, je veux dépenser les livres que je n’ai pas ! Je n’ai pas plus d’euros non plus mais peu importe !

Zara. Primark. Berschka. Topshop. Boutique. Boutique. Boutique. Boutique. Boutique. Bref, vous l’aurez compris, on fait les magasins. Et on les fait bien. Sans dépenser un seul centime ! J’ai appris ça des meilleures ! Ma CB reste dans mon portefeuille, qui lui reste dans ma poche.

Nous rentrons quelques heures plus tard, pas forcément d’achat mais des étoiles plein les yeux et de la sueur plein les fringues. Eh ouais. Beaucoup de sueur. Genre vraiment. J’étais stoïque mais au fond de moi, sous mes habits, c’était le Niagara. Mais pas l’amour à la plage. Je n’avais pas vu pire depuis un très long moment. Du vrai samedi transpi comme nous en donne Etienne Carbonnier à Quotidien.

Tout ça tient d’une formule mathématique des plus simples :

6h de trajet en bus

+

marche rapide

×

poids de la valise

×

distance nous séparant de l’arrêt de métro de l’auberge

÷

volonté d’être à l’heure

+

métro over hot sa race

+

fantômes des welsh passés

=

Barthélémy au bain marie dans ses propres fringues !

giphy (3)

Publicités
Cette entrée a été publiée le 22 novembre 2017 à 18:51. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :