Lilliputien

Bon. Il faut que l’on parle de quelque chose.

Hier soir j’ai regardé Taken. Vous savez, ce film avec Shannon devenue Kim qui décide de partir avec sa copine Amanda outre Atlantique pour suivre U2 en tournée européenne. Quel courage de reprendre l’avion après ce qui lui est arrivé ! Imaginez, vous vous crashez en avion sur une île déserte où une fumée bizarre sert de système de défense, votre frère amoureux de vous (heureusement c’est votre demi-frère) meurt quand vous passez un moment intime avec votre nouveau prétendant pour après mourir à votre tour dans les bras de ce dernier. Moi je dis chapeau, il en faut du courage ! Sachant qu’elle ne part pas avec la plus futée, qui donne presque les clés de son appart à un inconnu. C’est sûr, Amanda n’a rien à voir avec Kate !

Heureusement pour Shannon devenue Kim, son père est quand même le très célèbre Qui-Gon Jinn à la retraite après avoir été prétendument tué par Dark Maul, un sith avec des dents de requin sales sur le crâne et les tempes, heureusement vengé par Danny Torrence, qui se faisait appeler Obi-Wan Kenobi à l’époque.

Bon, revenons à notre film.

Avant de se faire enlever, Shannon devenue Kim se cache sous le lit pour tenter (en vain) d’échapper à ses ravisseurs. On est d’accord, ce n’est pas la meilleure cachette. Si j’étais un ravisseur, sous le lit est un des premiers endroits où j’irais regarder. Et c’est bien là ce qui me chagrine.
Le film se situe à Paris, tout comme là où j’habite.
Là où un mois de loyer te permet de vivre un an dans un cinq étoiles dans la Creuse.
Là où un seul rein est suffisant pour vivre.
Là où vitrer la salle d’eau pour avoir de la lumière dans la cuisine ou inversement parait logique.
Là où un placard se transforme en caverne d’Alibaba.
Là où la chasse au mètre carré est un sport régional.
Là où Marie Kondo est best seller dans toutes les librairies.
Alors clairement, n’importe quel zone libre se transforme en espace de rangement. Un peu comme la chambre d’Harry Potter sous l’escalier. On appelle ça de l’optimisation d’espace. Les Dudley avaient tout compris. Quand je pense que tout le monde les déteste, les pauvres.

Et bien sous un lit, armé de caisses de rangements et de sacs sous vide, on en met des choses ! Alors je peux vous dire que si un jour on vient chez moi pour me kidnapper pour m’utiliser comme esclave sexuel (mauvais plan pour tout le monde qu’on se le dise), sous mon lit n’est pas une cachette acceptable !
Parce qu’imaginons que mon ravisseur écoute de la musique très forte avec son casque audio et qu’il n’entende pas le bordel que je fais pour tout virer rapidement et me faire une place.
Imaginons.
En entrant dans la pièce, il verrait de suite le fatras éparpillé autour de mon lit et sur mon bureau. S’il n’est pas trop con, il comprendra assez vite que ce n’est pas censé être ici mais dans un endroit qui n’est pas visible (la face cachée de la lune n’est pas une option) pour donner l’illusion du rangement et ira de suite vérifier sous le lit.

En plus, étant asthmatique, j’aurais du mal à me retenir d’éternuer ou de tousser avec la poussière, ce fléau des espaces difficilement accessibles. Franchement, on a beau donner le meilleur de soi même, c’est à croire qu’une bergère de la poussière se cache sous le lit et garde farouchement son troupeau de mouton pour nous empêcher de tous les capturer.

C’est aussi pour ça que les monstres sous le lit j’y crois moyen. Imaginer Sully caché sous mon lit me fait doucement rire. Chucky à la rigueur pourrait passer en poussant deux trois trucs sans faire ressortir quoi que ce soit de l’autre côté. Sinon, un être fantomatique pouvant se matérialiser à son bon vouloir passerait aussi. Les Szalinski pourraient aisément y loger aussi mais ne survivrait pas bien longtemps, il n’y a rien à manger dans ma chambre et donc encore moins sous le lit.

Non, finalement, l’espace sous un lit n’est vraiment pas un endroit où il fait bon vivre ou se cacher. Sauf si vous êtes une boîte de rangement. Mais là c’est différent, ce n’est pas trop vous qui choisissez. On ne vit pas dans un film qui s’appelle Boîtes de rangement Story. Ou alors elles sont très discrètes et je les dérange quand je télétravaille.

Cette entrée a été publiée le 24 juillet 2021 à 16:30. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :