J’ai Chaud (un indice se cache dans ce titre)

Suite à notre trajet en Flixbus pour Paris, nous arrivons donc, en toute logique à Paris (genius spotted), vers 16h et des bananes. Les bananes sont-elles importantes ? Oui ! Car quand nous arrivons, il fait chaud. Et tout le monde sait que la banane est un fruit venant des pays chauds, étant un fruit tropical. J’aurais dit : « Nous sommes arrivés vers 16h et des citrouilles », vous m’auriez dit : « Bon, écoute. Ton humour débile, passe encore. Mais j’ai regardé sur le site de Météo France et pour ton week-end à Paris, il faisait au moins 30 degrés. Donc te fout pas de nous avec tes citrouilles. Ce type de cucurbitacée, c’est un truc d’hiver ça ». Et vous auriez raison puisque Aldebrandin de Sienne lui-même qualifiait la citrouille de « semence froide« .

Mais en effet, quand on arrive, il fait chaud ! Très chaud ! Pour un animal à sang froid tel que moi, je dirais même qu’il fait trop chaud. Pour Cynthia et son amie qui aiment écouter les musiques de type reggaeton, dont Pitbull et Daddy Yankee sont les deux artistes les plus riches (merci latina.fr), il fait un temps parfait à chanter en espagnol ! Ricky Martin n’a qu’a bien se tenir ! Ouais reboutonne ta chemise ouais ! Et va cantar ailleurs. À moins que tu ne veuilles que ce nouveau girls band te mène une vida loca ! Gracias !

Exemple de chanson muy caliente

Nous avons donc très chauds ! Mais ça ne nous arrête pas dans nos objectifs du week-end : restaurants, apéro sur les quais, visites, balades, musées et autres choses de véritables touristes. Nous programmons alors tranquillement notre week-end autour de cette thématique touristique.

Nous commençons très fort avec Montmartre et sa fameuse butte, histoire de commencer notre parcours par un peu d’alpinisme. Par cette chaleur, est-ce la meilleure idée du monde ? Oui ! Car Jésus nous attend ! Et depuis tout ce temps, on peut dire qu’il est carrément patient (pire qu’Argan) ! Mais il ne faut pas non plus trop tirer sur la corde. Car du haut de sa butte il observe le monde à ses pieds, tel Fabien Barthez, au sein de la Basilique du Sacré-Cœur. Et de là-haut Jésus crie qu’il récompense les braves ! À moins que ce ne soit les larves. 3000 km plus bas, j’ai du mal à entendre ce qu’il veut bien dire. Mais vu mon état de sueur, je pense que dans les deux cas, je serai dans le lot des récompensés !

Le Graal est en vu (depuis un bon moment d’ailleurs). Mon cœur m’a lâché depuis deux kilomètres et j’ai eu le temps de perdre les welshs des hivers passés mais j’y suis ! Une petite fouille des sacs et nous y sommes, dans le sacro saint Sacré-Cœur.

Madre de dios ! Dès l’entrée je reste cloué sur place. Je suis récompensé de suite de mes efforts et de ma sueur. Jésus le bienveillant m’envoie un message : la position à adopter en cas de forte chaleur.

IMG_2951

Génie ! Dans cette position, le moindre courant d’air peut traverser mon corps et l’aérer agréablement. Merci Jésus, t’es un vrai pote ! Toi seul sais comment soulager ma douleur.

Eh oui, ce que tout le monde ne sait pas, c’est que les peintures, frises et autres œuvres d’art dans les églises renferment une histoire. Si ce n’est l’Histoire avec un grand H. Comment un homme normale, si ce n’est banale, s’est levé pour dire non à l’oppression des auréoles. Je vais vous raconter son histoire.

Jésus, était ébéniste de son état. Toute la journée, il devait porter des croix. S’en était épuisant. Mais il n’avait pas le choix s’il voulait gagner sa croûte. Heureusement, il pouvait compter sur sa mère, Marie, toujours présente à ses côtés pour l’épauler et lui essuyer le visage. Joseph, son apprenti, le relayait assez souvent dans le port de la croix. Car contrairement à Sam Gamgie, lui avait le droit de porter directement le fardeau de Jésus. Alors Jésus, Marie et Joseph, notre fameux trio, s’en allait chemin faisant, exténués, à bout de souffle, porter la croix.

IMG_2952

Malheureusement pour Jésus, ce fut la croix de trop. Il tomba dans les pommes, évanouis par tant de chaleur. Le premier réflexe fut de lui ôter sa chemise afin que son corps respire plus. Voyant que cela ne faisait peu d’effet, Marie, sa mère donc, fit ce que toute mère ferait en voyant son enfant dans un état pareil, elle lui fit un bisou magique.

IMG_2953

Et là lui vint l’idée de génie que nous avons vu plus tôt. Jésus avait oublié de regarder la nature. Rien ne sert de se dévêtir ! Le biomimétisme est la clé ! La croix qu’il transportait, elle, malgré la chaleur, n’a jamais transpirée. Le fait qu’elle fut en bois n’avait rien à voir. Non ! Ce que Jésus constata le stupéfia. Une croix, en forme de X, ne transpire pas. Pourquoi ? Parce que comme expliqué plus tôt, la croix est le meilleur moyen d’aérer le corps.

Voilà pourquoi Jésus a toujours la position qu’on lui connaît, les bras perpendiculaires à son corps. Et son auréole, vous l’aurez compris, vient des auréoles qu’il avait auparavant sous les bras. Ne sachant plus où aller, elles se sont mises au dessus de sa tête.

Merci la Basilique du Sacré-Cœur.

Merci Jésus.

Je te revaudrai ça.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 17 mai 2018 à 17:58. Elle est classée dans Billets du vide et taguée , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :